SECRETARIAT PERMANENT POUR LE SUIVI DES POLITIQUES
DE REFORMES ET DES PROGRAMMES FINANCIERS

Le Togo plaide pour de nouvelles mesures de soutien en faveur des PMA

Le Togo, représenté par le Secrétaire général de la Présidence de la République, Sandra Johnson, a participé mercredi, à une réunion de haut niveau sur les pays les moins avancés (PMA). La rencontre, tenue virtuellement et organisée en marge de la cinquième Conférence des Nations unies sur les PMA, a pour thème : « Cinquante ans de Pays moins avancés : logique et impact d’un traitement international différencié ».

Les travaux ont été l’occasion pour la ministre d’appeler à une nouvelle génération de mesures de soutiens internationales pour permettre aux PMA de faire face aux effets persistants de la crise sanitaire, liée au coronavirus notamment. Pour la responsable, il s’agit, dans les détails d’une augmentation du financement destiné aux PMA, “l’augmentation des financements du secteur privé, l’amélioration de l’accès des pays en développement aux vaccins contre la Covid-19 et aux infrastructures sanitaires, de la dynamisation des partenariats pour renforcer les capacités des PMA ainsi que la réallocation des Droits de tirage spéciaux (DTS) pour soutenir la relance des économies africaines et l’accès universel aux vaccins”. 

Il est à relever qu’il y a quelques jours, le Togo présentait déjà au même groupe de paysson expérience en matière de relance post-covid.

Pour rappel, les Pays les moins avancés sont une catégorie de pays créée en 1971 par les Nations Unies et qui regroupe les pays de la planète les moins développés sur le plan socioéconomique, sur la base de certains critères. A ce jour, 46 nations (dont plus de 30 en Afrique) appartiennent à ce groupe.